La saponification à froid, premier essai

Cela fait quelques mois que je cherche un moyen de me débarrasser des emballages et de leurs mensonges marketing dans la salle de bain. Là où certains m'apportent encore de la joie*, la vaste majorité des produits de soin corporel sont emballés d'arguments miraculeux mais ne contiennent parfois que des traces des substances dont ils vantent les mérites.

Cela fait 8 ans que je connais la marque Lush et que j'y achète régulièrement des produits. Même si Lush est critiquée par ci par là, j'ai toute confiance en ce qu'ils fabriquent et leur approche autant avec les emballages qu'avec les matières premières me parait bien plus saine que l'immense majorité de l'industrie cosmétique "de grande surface", et même de luxe. Leurs savons sont impressionnants d'efficacité, certains produits pour les cheveux m'ont déjà sauvé la mise capillaire. Il y a quelques mois, j'ai proposé à mon compagnon de passer au 100% solide de chez Lush, pour les shampooings et pour les savons / gels douche.

Et puis au détour de Pinterest, je me suis demandée s'il n'était pas possible de faire moi-même mes savons. Qu'est-ce que ça coûte, en temps, efforts et matières premières ? Les recettes sur lesquelles je suis tombée ne me semblent à première vue pas moins chères que les savons produits industriellement et se rapprocheraient du prix au kilo chez Lush : à partir de 5€ les 100g.

Je ferai probablement un billet dédié au processus de saponification à froid, aujourd'hui je note simplement ma première recette histoire de ne pas l'oublier, et de la partager avec vous.

La plupart de mes ingrédients viennent de chez Aroma-Zone. Je crois savoir que les expert·es du zéro déchet ont pas mal de soucis avec cette enseigne, dont le catalogue est très riche, mais dont la politique d'emballage est clairement loin d'être à la hauteur. Beaucoup de produits sont dans du plastique : pots, sachets, bouteilles... pas toujours recyclables. C'est un peu frustrant à l'achat et presque mensonger de leur part de mettre en avant (ou carrément de vendre) l'aspect "fait maison" sans aller jusqu'au bout de la démarche et proposer des emballages vraiment recyclables ou minimalistes. Aucun produit en vrac dans la boutique lyonnaise, par exemple.

Difficile de trouver de l'huile de coprah ou de l'huile d'avocat à un prix correct et dans des volumes intéressants niveau rapport qualité prix hors de chez eux. Donc à défaut de mieux, je me dis que ces emballages là sont compensés par la suppression de ceux que nous ne générerons pas et par ma montée en compétence et en autonomie.

La recette de base

Avec ces dosages, j'ai pu réaliser environ 500+ grammes de pâte à savon, j'ai rempli 10 alvéoles de mon moule à muffins en silicone, j'aurai donc 10 savons.

Solution de soude caustique :

Gras du mélange de base, avec 5% de réduction de soude environ :

Dans cette base de pâte à savon (après mélange de la solution de soude dans les huiles), j'ai rajouté 3 mélanges pour varier les savons que j'allais fabriquer et pour les surgraisser à environ 8% :

J'ai préparé ces trois mélanges que j'ai incorporé en trois fois à la pâte à savon avant de les répartir dans 4, 4 et 2 alvéoles de mon moule, environ 50g de pâte à savon chacune. J'ai décoré le fond des alvéoles avec des feuilles de thym pour le mélange purifiant, de la noix de coco en flocons, de l'hibiscus et des paillettes naturelles pour l'hydratant et du marc de café pour l'exfoliant.

Les savons sont en phase de séchage pour 24 à 48h, je les démoulerai ensuite et les laisserai terminer leur réaction pendant 3 à 4 semaines. J'ai vraiment hâte de voir à quoi ils ressembleront après leur séchage et j'ai encore plus hâte de les essayer ! L'effort à fournir est tout à fait rentable, surtout si on fabrique 1kg de savon à la fois. J'ai déjà prévu d'en refaire d'autres plus tard une fois la première fournée séchée et utilisable, histoire d'en faire des cadeaux à mes ami·es.

(Dans la prochaine recette, je compte incorporer du gel d'aloe vera issu de mes propres plantes, je note la recette pour ne pas l'oublier : aloe vera 45g (après la trace), beurre de cacao 20g, huile de noix de coco 180g, huile d'olive 20g avec 42g de soude et 66 à 99ml d'eau)